Denek-Bat, taille patron
Date: 17 septembre 2007 à 09:28:37 CEST
Sujet: Les archives de la NM


AUCH-BAYONNE/URCUIT. --Premier match et premier succès pour le Denek-Bat qui a fait parler son expérience de la N1


Cédric Charlette
Photo Sud-Ouest




Le constat pour ce premier match des Auscitains est dur et logique à la fois. D'un côté Bayonne-Urcuit qui joue le haut du tableau et de l'autre côté, Auch qui mise sur le maintien, n'évoluent pas dans la même catégorie. Et donc il n'y a pas de quoi rougir en cas de défaite car les moyens des Basques sont tout autres que ceux des Gersois. Sans parler de gros sous mais sachant qu'ils conditionnent pour beaucoup la composition de l'équipe, Bayonne-Urcuit présente une équipe athlétique avec quelques cadors ayant évolué à des étages supérieurs. Ce qui n'est pas le cas des Auscitains.

Urcuit s'installe dans le match. D'entrée, même si le local Simon Chaléat ouvre le score sur deux lancers francs, les visiteurs intransigeants en défense se gavent de rebonds pour alimenter la cavalerie. Et les extérieurs comme Martin Novak, Guillaume Mérie et Julien Blanchot, ne se privent pas de montrer de quoi ils sont capables avec autant de munitions. Comme le pilonnage du panier auscitain ne compte que peu de déchets, le score enfle bien trop vite en faveur des Basques, ce qui laisse présager d'une grosse raclée du côté auscitain (5e : 4 à 23). Le pétard à trois points de Frédéric Edde n'annonce pas d'embellie puisque Urcuit-Bayonne par son intenable meneur, Martin Novak, conclut ce premier quart-temps avec six points consécutifs. L'ABC compte un déficit de vingt-deux points.
À la reprise, les locaux se montrant plus téméraires et plus agressifs grappillent six points d'entrée grâce au duo, Frédéric Edde et Hakim Naouri. Les Basques à l'évidence sont gênés par la vivacité du jeu auscitain. Cette rébellion redonne du piment à la rencontre, l'ABC faisant jeu égal face à son adversaire. La gestion du match reste cependant du côté des visiteurs qui répondent sans sourciller aux coups de boutoir des locaux. Il n'empêche que ces derniers bien en jambes pour tenir une défense individuelle, sont prêts à mourir les armes à la main. Les Auscitains n'ont lâché aucun point lors de ce second quart-temps malgré le travail de sape des deux intérieurs, le Serbe Streten Cabarkapa et Sylvain Baykam.

La rébellion auscitaine. Il faut voir les gaillards reprendre la partie sous la direction d'un Julien Bataille rebelle qui mène le jeu, se défoncer sans compter. Il y a le feu sur le plancher de Mathalin. Urcuit-Bayonne est enivré par le tourbillon de la révolte auscitaine qui défend bien et qui réussit ses offensives en alternant jeu intérieur et extérieur. Le trio composé de Julien Bataille, Simon Chaléat et Frédéric Edde, concrétise les efforts communs (25e : 36 à 47). Tout espoir n'est pas perdu. C'est en allant chercher les fautes que les Basques parviennent à contenir les locaux qui ont tout de même repris neuf points.
Lors du dernier quart-temps, les Auscitains s'épuisant face aux gabarits visiteurs lâchent du lest. Bayonne-Urcuit reprend le match à son compte sans sourciller avec notamment deux tirs primés du capitaine, Guillaume Mérie, de solides pénétrations dans la raquette de Streten Cabarkapa et de nombreux lancers francs. Le baroud d'honneur des Gersois reste néanmoins louable avec des solutions offensives à risques qui n'arrêtent pas la marche en avant des Basques.

J. Wiorowski
www.sudouest.com






Cet article provient de Denek Bat Urcuit
http://www.denekbaturcuit.fr

L'URL de cet article est:
http://www.denekbaturcuit.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=257